Tempête en vue: le côté obscur de la ruée vers le cloud

Bien qu’on parle constamment de « nouvelle normalité », les changements provoqués par la pandémie de COVID-19 s’expriment généralement en termes de fins. La fin du bureau. La fin du centre commercial. La fin du buffet à volonté. Mais dans certains cas, la pandémie a en fait permis leur croissance, par exemple le télétravail. Le papier toilette. Et le cloud.

Les plans d’adoption du cloud étaient déjà bien avancés au début de la pandémie. Mais alors que la plupart des entreprises avaient déjà mis en place une stratégie de transformation numérique, dans de nombreux cas, la nouvelle réalité du travail a entraîné l’accélération de ces plans. Par exemple, lorsque les entreprises ont été contraintes d’adopter le travail à distance pratiquement du jour au lendemain, elles ont considérablement accru leur dépendance aux services basés sur le cloud, en particulier aux applications de vidéoconférence et de collaboration telles que Zoom, Microsoft Teams et Slack.

Au cours du premier trimestre 2020, l’entreprise de logiciels Flexera a interrogé 750 décideurs et utilisateurs mondiaux du cloud sur l’utilisation qu’ils voulaient en faire afin de mieux comprendre qui allait adopter le cloud, à quelle vitesse ils voulaient le faire et certains des défis auxquels ils étaient confrontés. Les données qui en résultent montrent un paysage de transformation numérique proche de la maturité et qui tient en grande partie ses promesses d’améliorer les méthodes de travail. Mais alors que les problèmes liés à la méconnaissance et à l’inexpérience diminuent, des problèmes plus permanents ont commencé à surgir, en particulier la complexité de la sécurisation du cloud et les risques nombreux et variés auxquels les entreprises peuvent être confrontées si elles ne la prennent pas en compte.

L’étude 2020 d’IDG sur le cloud informatique montre que 92 % des organisations déclarent que leur environnement informatique se trouve au moins un peu dans le cloud, et 38 % déclarent qu’il est complètement ou presque complètement dans le cloud aujourd’hui. Cette affirmation a été confirmée par les conclusions de Flexera. Dans son rapport 2020 sur l’état du cloud1, Flexera a indiqué que les entreprises de presque toutes les industries utilisent le cloud informatique, dont plus de la moitié massivement et à un niveau avancé de maturité. Seulement 10 % des personnes interrogées ont indiqué être encore en phase de planification de leurs stratégies de cloud respectives.

En particulier, pour la première fois dans l’histoire de son rapport sur l’état du cloud, Flexera a constaté qu’aucune des organisations interrogées n’avait déclaré ne pas avoir de plans en matière de cloud.

La vitesse à laquelle les organisations passent au cloud est tout aussi significative. Selon l’étude d’IDG, 60 % des organisations interrogées disent s’attendre à être complètement ou presque complètement dans le cloud d’ici 18 mois, tandis que les organisations interrogées par Flexera indiquent que 53 % de leur charge de travail est gérée dans un cloud public, un nombre qui devrait atteindre 60 % d’ici l’année prochaine.

La moitié des données des organisations interrogées dans l’étude de Flexera sont hébergées dans un cloud public, chiffre qui devrait augmenter de 8 % au cours de la même période.

Alors que des études précédentes de Flexera ont montré que certaines organisations interrogées étaient réticentes à l’idée de mettre des données financières sensibles des consommateurs ou des entreprises dans le cloud, plus de la moitié des organisations interrogées cette année ont déclaré qu’elles envisageaient de déplacer au moins une partie de ce type de données vers le cloud.

Une recherche similaire sur le cloud menée par le cabinet mondial de recherche et de conseil Gartner offre un aperçu des implications financières de la transformation numérique. Les données de Gartner montrent que le marché mondial du cloud public devrait croître de 227,8 milliards de dollars à 266,4 milliards de dollars d’une année sur l’autre, dont la plus grande partie sera affectée aux offres SaaS.

Bien que les conclusions du rapport 2019 sur l’état du cloud de Flexera aient montré que la « gestion des dépenses du cloud » et la « gouvernance » étaient les principaux défis, la dernière étude a montré que la sécurité avait atteint la première place pour les PME et les grands comptes. 81 % des organisations interrogées ont déclaré que la sécurité était un défi, dont 83 % des entreprises. En effet, la « sécurité » apparaît dans le top 3 des préoccupations dans chaque catégorie de maturité, du débutant au confirmé.

Il est clair que la maturité du cloud ne résout pas tous les défis, en particulier parce que les pirates deviennent de plus en plus inventifs en matière d’attaques. Mais il existe de nombreuses solutions pour protéger votre utilisation du cloud et tirer le meilleur parti de votre investissement. Pour en savoir plus, inscrivez-vous au prochain webinaire Mindhunter.

1 © 2020 Flexera. Tous droits réservés. Cette œuvre de Flexera est concédée sous licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

This post is also available in: Anglais Deutsch Espagnol

Osca St. Marthe
EMEA VP of Pre-Sales and Sales Engineering | SonicWall
Osca St Marthe is EMEA VP of Pre-Sales and Sales Engineering. He is spearheading SonicWall’s technology offering in the EMEA region, and is responsible for building and expanding a technical community of trusted partners and customers. Osca provides SonicWall customers and prospects in EMEA with expert advice, cutting-edge cybersecurity intelligence and solutions that focus on customer value and outcomes.

Osca has been leading high-performing teams for the last 15+ years in Sales Engineering, with a focus on customer outcomes and partner alignment across enterprises and SMBs. Before he came to SonicWall, Osca worked on cybersecurity for the cloud space at McAfee. Osca continues to champion the importance of women in cybersecurity, coach and mentor aspiring graduates in technology, and support a diverse and inclusive workforce.
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire